Un jour, j'ai reçu trois amies à manger. J'ai préparé, non un osso bucco, restrictions obligeaient, mais un "poulet bucco", et par chance, j'ai photographié mes préparatifs dans ma casserole Le Creuset, lourde, brûlante, peu pratique quand il faut la nettoyer et décoller ce qui a collé au fond.

Je ne sais plus quand j'ai fait mon premier osso bucco - enfin si, je crois me souvenir. Pourquoi diable ai-je fait une recette aussi compliquée à un moment où j'étais quasiment seule (mon mari était hospitalisé à cause d'une péritonite et mon fils avait deux ans et demi, pas vraiment l'âge de manger de l'osso bucco), mais j'avais voulu tester la recette sans doute et de toute façon, je l'ai refaite bien des fois.

Cela faisait partie de mes plats uniques fétiches avec les lasagnes, la paëlla, le couscous, plats faciles quand je recevais et je recevais pas mal. C'était gai d'ailleurs, et parfois amusant -quand ayant accumulé du retard, nous finissions à peine de nettoyer quand les invités arrivaient.

Du poulet bucco donc, toujours avec le hachis gremolata final, persil haché finement, ail pressé et zeste de citron non traité.

Et toujours avec du risotto à la milanese (et un peu de parmesan).

Le thème est évidemment la casserole, mais le contenu de ces casseroles est beaucoup plus intéressant !

poulet_bucco4

poulet_bucco3

poulet_bucco2

poulet_bucco