D'abord, pour les personnes  intéressées, le bain à l'aspirine : tout simplement se faire couler un bain chaud, et faire dissoudre 3 à 4 aspirines effervescentes dans l'eau. Sans caféine, (peut-être qu'avec de la vitamine C ce serait pas mal en hiver ? Je ne sais pas...) Rester 20 minutes à peu près, puis sécher sur le lit (facultatif o;) genre 40 minutes) avec huiles, huiles essentielles, voltaren et autres crèmes.

Ne pas faire le bac du chat juste après, ou tout est à recommencer.

J'ai remarqué que le sèche-cheveux est bénéfique aussi, il ne sèche pas que les cheveux, il réchauffe le cou, et quand on a chaud au cou, n'est-ce pas, on a chaud partout.

***

Jour J pour mon fils aujourd'hui. Ils allaient chercher les clés de la nouvelle maison.

Je vois bien qu'il stresse. Il me jure que non, mais je suis sa mère et moi je vois très bien quand il stresse. Alors, j'essaie de lui réinsuffler du courage et de la confiance en lui.

***

Il y a eu le jour où j'ai quitté la maison de la rue Van Eyck, le 13 septembre 2004, (je "campais" dans mon appartement depuis le vendredi), et aujourd'hui, avec la "belle-mère" de mon fils, j'ai passé la porte de la maison de leur maison.

Mince ! Ils ont du travail devant eux. Entre nous, je ne sais pas comment ils vont faire. Heureusement, le père de la jeune fille adore rafistoler des maisons et des lofts, il a l'âme d'un décorateur intérieur et il y a une soeur architecte.  C'est une famille nettement plus nombreuse que la sienne. C'est-à-dire que mon fils a une famille (des demi-frères; des cousin-cousines de mon côté, et des cousines du côté de son père, mais on ne se voit pas beaucoup).

Mais avant ça, il faut évacuer tout ce que le propriétaire précédent a laissé. Même les gants de toilette et les brosses à dents dans la salle de bains. Je me demandais s'il s'était lavé le matin et s'il avait tout laissé dans l'état!  Le réfrigérateur, le congélateur, tout est plein de nourriture. Il a même laissé des vêtements (dont un smoking dans sa housse) et mon fils a la même taille.

***

C'est bizarre, oh, comme c'est drôle, c'est comme dans un rêve, un de ces drôles de rêves itératifs que je fais parfois et que j'ai refait, il y a quelque temps. Je parcours un appartement immense avec mon ex-mari, et nous arrivons soudain dans des pièces pleines de meubles anciens (sombres), et remplis de vaisselle et d'objets divers. Comme c'est curieux, c'est seulement maintenant que je me rends compte qu'aujourd'hui, j'ai fait et vécu exactement (à quelques différences près) ce que je faisais et vivais dans ce rêve (seule, l'architecture des lieux était différente).

Quand je suis entrée ici, chez moi, en 2004, j'ai dû faire repeindre deux pièces... Puis refaire les parquets (bon, c'est du lamellé collé, mais de pas trop trop mauvaise qualité, même s'il y a mieux), puis la salle de bains, puis la cuisine. Et puis le reste. Comme c'était drôle, le premier bain que j'ai pris, toute seule, dans cette grande baignoire de coin qui prenait toute la place (je l'ai virée).  En treize ans, j'ai à peu près tout refait. Je me demande comment!

Et les doubles vitrages... Et le premier cafard... Et les chats. Et les hommes de métier ! (Le plombier...)

***

Heureusement, heureusement qu'il n'est pas tout à fait tout seul. Je le trouve encore fort seul pour être à la tête d'un boulot à temps plein avec des responsabilités, même chose pour sa compagne, et à la tête d'une maison à vider, nettoyer, arranger, repeindre, et aménager à leur goût. Ce n'est pas demain qu'il se remettra à maquetter son escadron d'avions anglais, le pauvre...

Il y a même une mare avec des carpes koï. Il va quand même falloir que je lui explique comment il doit soigner ses carpes.

Quand j'étais enfant et que je rentrais de l'école, place Leemans, dans un jardinet devant une maison, il y avait un bassin carré avec des poissons rouges. C'était un de mes points d'arrêt attitrés. Plus tard, j'ai changé de trajet, et à la vitrine d'une arrière-salle de restaurant, il y avait un perroquet gris et rouge. Je m'arrêtais toujours pour le regarder et "communiquer" avec lui. Ma mère prétendait qu'il me connaissait.

***

Voilà, c'était le bilan du lundi 15 mai 2017.