Vu l'hiver exceptionnellement gris et terne... Je viens de faire l'acquisition (novembre aurait été peut-être plus indiqué) d'une lampe de luminothérapie. Longtemps, je me suis dit que cela me conviendrait, j'en avais l'intuition, mais en fait, les indications étaient très spécifiques. Je n'ai jamais très bien su si je déprimais plus en hiver, une chose est sûre, je déteste janvier et février, ce sont les mois les pires de l'année, je n'aime pas trop novembre, et décembre, cela dépend.

Ainsi, la perspective des fêtes m'inquiète, mais indubitablement, cette année, tout s'est bien passé. Noël a été charmant, la fête que j'ai organisée chez moi s'est très bien passée, le réveillon de Nouvel-An était parfait, finalement, je voulais être à toutes forces le 2 janvier, et ce n'était même pas nécessaire.

Mon appartement est lumineux - de grandes baies vitrées qui donnent sur une aire assez gazonnée, des arbres, un canal. En été, en cas de canicule, je dois  fermer stores et rideaux, et heureusement, un immeuble à l'angle du mien cache le soleil aux heures les plus brûlantes. Ma chambre étant au nord, c'est évidemment plus froid en hiver, mais moins étouffant en été.

Bref, je préfère les demi-saisons, le printemps et l'automne. J'aimerais l'été aussi s'il  n'y avait pas les canicules. Mais il n'y en a pas toujours. Je n'aime pas trop l'hiver : quand il pleut, j'ai une chambre qui s'abîme de plus en plus, l'humidité gagnant la chambre du milieu, celle qui était le plus à l'abri, et je déteste la neige, le verglas, le dégel, j'ai des souvenirs d'hivers épouvantables (1979, 1985, 2013). Enfin... La question de l'humidité devrait se résoudre en 2018 - si tout va bien.

On m'a donc offert une lampe de luminothérapie. J'ai commencé à l'utiliser ce matin. Et je dois dire que je me suis bien installée. Dans un fauteuil confortable, pour prendre mon petit déjeuner et vaquer à mes occupations (m'occuper de mes cartes de voeux... Les terminer pour pouvoir toutes les poster ensemble). Je ne sais pas si cela m'a fait de l'effet, car j'ai immédiatement reçu un coup de fil de notre professeur d'infographie, qui annonçait l'expo de la semaine prochaine.

J'ai donc interrompu ma séance pour commencer à chercher mes travaux, heureusement déjà un peu réunis dans des fardes, travaux que nous devions apporter ce soir.

J'en ai profité pour me remettre courageusement au travail, je suis en train de faire le bouquin sur le jazz (en bleu et noir) et je m'attaque au drapeau belge (en 2029). Avant la scission imaginée juste avant 2030.

On verra dans les jours à venir si la douche lumineuse est efficace. Je voudrais bien récupérer de l'énergie pour faire tout ce que je dois faire ou veux faire, bref, pour ne pas rester cinq jours à l'intérieur sans avoir envie de sortir...

Maintenant, si je racontais tout le "ramdam" relatif au transport de cette lampe jusqu'à moi ... Livrée par une société privée ! Moun dioun ! Quelle affaire. Enfin, j'ai dû finir par aller la chercher au dépôt. Et je l'ai bien eue.

***

Cela m'a rappelé une commande que ma mère avait faite de poupées chiffons Modes & Travaux. Les Editions Edouard Boucherit avaient fermé leur magasin, au boulevard Botanique, qui était un dépôt de Modes & Travaux. Où l'on achetait patrons, broderies, etc. Finalement, nous avons dû aller à Tours & Taxis, du temps où c'était encore là qu'on allait chercher ses colis, et avons parcouru les halles de long en large, tout cela pour deux ou trois poupées chiffons (à faire - elles n'ont jamais été réalisées, hélas !) J'en ai encore deux, un Pierrot et une Pierrette, mais je dois dire que l'assemblage tient du rébus...

Bref, je ne sais pas les réaliser!