Après avoir regardé un documentaire sur l'intestin (france 5) que j'avais enregistré, j'ai commencé d'entendre un peu de la campagne électorale. Sincèrement, je plains mes amis français de devoir endurer les discours de campagne. Et de devoir voter dimanche, surtout.

Nos politiques n'ont aucune éloquence, mais là, il y en a tellement que c'est absolument incompréhensible.

Je confonds tout le monde - bon, je sais qu'il y a la très méchante dame, Marine et consorts... Qu'il y a Fillon et ses casseroles et tout le parti républicain derrière, que Hollande et le PS, on n'en parle plus... Qu'il y a Mélenchon, qui récite de l'Eluard à la fin d'un discours paraît-il (moi, je me tordrais!). Edit: j'adore Eluard, qu'on ne se méprenne pas! Note, ce serait sympa qu'un politique de chez nous déclame tout d'un coup du Verhaeren à la fin d'un discours (mais je crois qu'on l'enverrait illico dans un hôpital psychiatrique), ou du Marcel Thiry côté wallon, encore que ce serait plutôt de l'Arthur Haulot qui sortirait (l'estampille socialiste est de meilleure qualité)...

Et enfin, les deux que je confonds toujours Hamon et Macron, que l'on me pardonne, je crois que l'un des deux est socialiste ou écolo - ou les deux ?

Please ! Ne tapez pas !

***

Sinon, je viens de regarder une émission hebdomadaire de notre rtbf communautaire, Questions à la Une, qui aborde des sujets de société (elle est parfois remplacée par une émission sur des questions judiciaires, Devoirs d'enquête), cette fois, c'était sur le PTB (Parti du Travail de Belgique - qui a supplanté l'ex-parti communiste moribond), puis, sur la nécessité ou non de maintenir l'existence des partis politiques (on ne peut pas dire que les cadres politiques interrogés fussent très jeunes, ils ont trente ans de bouteille derrière eux!)

L'émission remontait à la naissance du PTB (en Flandre), à son orientation de l'époque, marxiste-léniniste-maoïste et même stalinienne, puis, après la mort de son fondateur et le limogeage (paisible) de l'ancienne secrétaire (il n'y a pas de goulags chez nous), on arrivait aux nouveaux visages du PTB, principalement, Raoul Hedebouw, (ancien étudiant en biologie qui n'est pas parti travailler en usine, contrairement à ce qu'il disait dans sa jeunesse). C'était assez amusant, parmi les archives télévisuelles, un ancien débat de l'Ecran Témoin, avec un Raoul Hedebouw encore étudiant, face à un Didjjée Reynders (libéral) plutôt amusé (l'air de dire, c'est quoi cet hurluberlu aux longs cheveux?)

Eh bien, l'hurluberlu a fait du chemin. Il est parlementaire. S'est coupé les cheveux. Et il ne travaille pas en usine (cfqd).

Raoul Hedebouw

La rtbf se promenait dans le bâtiment du boulevard Maurice Lemonnier, où se trouve le siège central du PTB (avec une librairie) au rez-de-chaussée, aux archives, on interviewait le secrétaire du parti (j'ai vu récemment le nouveau porte-parole francophone du parti, pas très convaincant, je dois le reconnaître, un petit peu mou), on interviewait aussi des experts en politique (Pascal Delwit), en droits de l'homme (ah! ah! ah!) Manuel Abra***, en économie (Bruno Colmant, c'est-à-dire, en économie capitaliste bien sûr, c'est une tautologie dans son cas), et des hommes politiques libéraux (un puant que je ne nommerai pas, dont le père était encore plus puant), socialistes (j'ai oublié leurs noms, ils sont interchangeables et n'ont pas encore compris qu'ils ont scié la branche sur laquelle ils sont assis (mais qui leur permet encore de cueillir quelques glands), et même écolos.

Je me demande quand même ce que le PTB fera le jour où ils seront dans la course, pour un éventuel gouvernement.

Ils assurent qu'ils resteront dans l'opposition (mathématiquement, c'est probable, aucun parti ne voudra faire une coalition avec eux, et je les vois mal se prostituer avec la Nva (droite nationaliste flamingante ultra et anti francophone à mort - et bien que le PTB soit flamand à l'origine), et sur les barricades (sauf que chez nous, on ne fait pas de barricades), mais si nous continuons à nous laisser détruire par l'alliance libérale - NVA - CD&V - et éventuellement MR flamand (ex PVV, ils changent tout le temps de nom et moi je perds la mémoire), ils continueront à grignoter du terrain.

Le reportage abordait aussi leurs "piliers" en quelque sorte (les maisons médicales "Médecine pour le peuple" - qui les ont fait connaître), leur rôle dans les syndicats (mais peut-on le leur reprocher?) les formations (il y a des universités marxistes en été, mon dieu ! Il faudrait me payer pour y aller!) Donc, leur financement... Bref, c'était assez complet... Sans compter leur participation à un congrès international de partis communistes (eh oui, qui aurait cru que cela existait encore?) mais ils font quand même la fine bouche quand on parle de la Corée du Nord (que la Chine redoute d'ailleurs).

De toute façon, je suis convaincue que l'Occident ne sera "tranquille" que quand on aura rayé de la carte du monde les dernières poches - comment les qualifier? D'une ombre de souvenir communiste ou socialiste. Comme la Chine et la Russie (qui protège Bachar El H. on le sait), Cuba, le Vietnam - la Corée du Nord, c'est encore un autre problème..

Même si dans certains de ces pays, le communisme n'est plus qu'une façade.

***

Evidemment, le PTB prône - c'est simplissime - la semaine des 30 heures payées 38 heures, avec embauche compensatoire (mais ça ne marche jamais ce truc-là), l'impôt sur les grosses fortunes (ils ont raison) mais on leur oppose la plus que probable fuite des dites grosses fortunes (à mon avis, c'est déjà fait), (j'ai connu un entrepreneur de saucisson(s) flandrien qui avait délocalisé en France, dans le Norrd, pour profiter des aides européennes - et quand il invitait la famille à laquelle j'étais alliée, il nous servait du saucisson de l'apéritif au dessert). La nationalisation des heu, de certaines entreprises (or, on en est plutôt à la privatisation des services publics...)

Et enfin, les loyers accessibles, l'école et les transports presque gratuits, bref, tout ce qui n'existe pas. Je reconnais que dans les quartiers, ils s'agitent beaucoup, et arrivent parfois à leurs fins (ainsi, on manque tragiquement de place dans les écoles, des classes entières se tiennent dans des conteneurs de chantier...) - sans compter l'opération des poubelles en 2014-2015, à Bruxelles, (mais je ne vais pas entrer là-dedans, sinon, demain, je suis encore occupée à compter mes sacs de couleurs différentes!)

***

Et pendant ce temps, dans le silence, la jeunesse qui travaille dans la fonction publique, tente de colmater les brèches ayant mis à mal le pays - et dues aux régionalisations qui se sont faites en douce et à l'arraché, ensemble, dans de multiples domaines...

Autant empêcher la marée de monter, juste avec l'aide d'un dé à coudre...